Actus

Lycée Jean-Baptiste Corot /// Photographe : Jean-Michel André 

Réseau Canopé, en partenariat avec les Rencontres d’Arles, présente, jusqu’au 20 septembre, l’exposition « Des Clics et des classes », dont les créations sont issues d’ateliers pédagogiques.

« Regarde, tout change ! »

Au cours de l’année, 21 classes d’élèves de la maternelle à la terminale de 9 académies ont bénéficié de l’accompagnement professionnel de 19 photographes et plasticiens lors de ces ateliers dans le but d’exposer leur travail lors de la 12e édition des Rencontres d’Arles.
Cette expérience a été réalisée dans des lieux et contextes divers, permettant d’appréhender la thématique « Regarde, tout change ! » sous différents aspects. Chacun a œuvré en toute liberté, affirmant son tempérament et son individualité pour apporter son propre regard à cette thématique. Des ateliers collectifs qui permettent d’exprimer par la créativité la pluralité des individus que forme l’école.

Une exposition itinérante

Si l’exposition est visible aux Rencontres d’Arles tout l’été sous la forme d’un mur d’images magnétiques modifiable à souhait par les visiteurs, elle le sera également hors les murs en s’installant au cours de l’année scolaire dans les Ateliers Canopé qui la proposeront. Elle sera accompagnée, tout au long de l’année, d’activités de découverte de la photographie.

————————————————————————–

10 Mai - 14 Juin /// Canopé Lille – 31 rue Pierre Legrand         

4 Juillet - 25 Septembre /// Ateliers des Forges – Arles

————————————————————————–

+ d’infos /// voir la série

projet inspiré du travail de l’artiste Natsumi Hayashi.

Catégories /// Expositions / Workshop

Voici le film photographique réalisé dans le cadre de ma résidence-mission "Artiste rencontre territoire" sur les communes de Bully-les-mines, Grenay et Mazingarbe. Merci aux habitants et aux nombreux partenaires sans qui cette résidence n'aurait pu avoir lieu !

Cliquez ici pour voir le film

Catégories /// Workshop

Merci à Eric Karsenty, rédacteur en chef de Fisheye Magazine, ainsi qu'à toute la rédaction pour ce beau portfolio de 6 pages sur ma série L'autre pays. À découvrir dans le numéro 18 de Fisheye (Juin/ Juillet 2016) !

" Jean-Michel André est né en France, mais a passé son enfance et son adolescence en Espagne, entre Valence et Alicante. C’est son Autre Pays, où il a gardé des attaches familiales et où il se rend régulièrement qu’il nous présente dans cette série à l’esthétique documentaire. On y retrouve l’influence de l’École de photographie de Düsseldorf et des Américains du New Topographics (Lewis Baltz, Robert Adams…) qu’il a découverts lors de sa formation à l’école des Gobelins, mais on sent dans ce « territoire vécu », qui est celui de son enfance, une autre dimension. Jean-Michel André explore cette zone aride et semi-désertique comme un archéologue découvrant des villes fantômes laissées à l’abandon par la spéculation immobilière. Un personnage émerge parfois. Un joggeur, un promeneur avec son chien, une prostituée, des jouets délaissés ou des arbres agonisants balisent le paysage de ces urbanizaciónes. « De quels mythes ces paysages urbains sont-ils porteurs ? Quel est cet “autre pays” qui est aussi le mien ? » s’interroge le photographe. Des questions auxquelles il ne cherche pas de réponse, mais qu’il préfère traduire en images."

Éric Karsenty 

Une résidence d’artiste sur la Valeur universelle exceptionnelle du Bassin minier

Comment éveiller la curiosité des habitants, des jeunes publics et des visiteurs sur l’inscription du Bassin minier au Patrimoine mondial ? Comment partager les valeurs de cette inscription ? 

Ces questions ont été au coeur de cette résidence d’artiste expérimentale sur la partie du Bien inscrit au Patrimoine mondial qui concerne les communes de Bully-les-Mines, Grenay et Mazingarbe. 

De novembre 2015 à mars 2016, j'ai mené de nombreuses actions avec les habitants et les établissements scolaires des 3 communes. Elles leur ont permis de redécouvrir ce patrimoine minier désormais Patrimoine mondial.

Le Bassin minier a été inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012. Cela veut dire que le monde entier a reconnu la valeur de ces paysages et, pourtant, sur place, ce n’est pas aussi simple. Tous n’ont pas conscience du caractère exceptionnel universel de ce patrimoine. 

En tant qu’artiste en résidence, ma mission était de contribuer à changer ce regard, d’aider à une prise de conscience, afin que les habitants puissent s’approprier cet héritage et le faire vivre.

Un vrai défi !

C’est tous ensemble que nous avons construit les actions, en réveillant la curiosité, en mobilisant les imaginaires pour mettre en lumière le Bassin minier Patrimoine mondial. Je suis heureux d’avoir participé à son appropriation, et tout particulièrement fier des réalisations des habitants qui ont su faire vivre et partager leur patrimoine au travers de ma résidence.

Venez découvrir l'ensemble des actions réalisées en cliquant ICI

Catégories /// Expositions / Workshop